A lire, à voir...

Une rubrique pour faire connaître certains travaux de recherche. Des contributions qui devraient permettre de mieux connaître celles et ceux qui ont vécu sur le sol girondin.
Liste à compléter…

Nous signaler des documents qui pourraient enrichir cette rubrique - sous forme papier ou numérique (livres, revues, site, DVD, etc.).

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
lu01
 
Principales rubriques
Armée
Base documentaire
Famille
Gastronomie
Généalogie
Histoire
Histoire d'un quartier
 Histoire - Ethnologie
Histoire et patrimoine
Justice
Migration
Population
Religion

Armée

 

Les hôpitaux militaires dans le Bazadais (1914-1918)

Ils se situaient en Gironde à Aillas, Barsac, Bazas, Beguey, Bommes, Cadillac, Caudrot , Cérons, Coirac, Gironde/Dropt, Landiras, Langoiran, Langon, La Réole, Loupiac, Paillet, Pellegrue, Podensac, Pondaurat, Portets, Preignac, Pujols/Ciron, Saint-Macaire, Saint-Symphorien, Sauternes, Sauveterre-de-Guyenne, Toulenne, Verdelais, Villandraut, Virelade ;
Et dans le Lot-et-Garonne à Casteljaloux, Castelnau–sur–Gupie, Cocumont, Meillan/Garonne, Saint-Bazeille, Villefranche-du-Queyran.
Vous en saurez plus en lisant un article (40 pages) qui vous fera revivre un aspect méconnu de la vie « à l’arrière » pendant la deuxième guerre mondiale : le séjour provisoire des blessés dans les structures hospitalières mais aussi dans des lieux plus inattendus comme des châteaux, des églises, des écoles, aménagés en hâte, pour tenir lieu d’établissements de soins.
Après une présentation utile qui permet de s’y retrouver dans la qualification des différentes structures hospitalières militaires dans la région, les auteurs ont rédigé une petite notice de présentation pour les différents lieux d’accueil du Bazadais.
Une page insolite de l’histoire des communes à découvrir.


A lire :
Barraud(Dominique) et Ollier (François), Les hôpitaux militaires du Bazadais pendant la guerre 1914-1918, Les Cahiers du Bazadais, mars 2015, N°188, p 11-54

(01/2016)

 hopitauxbaz01

 marine01

Bordeaux et la Marine de guerre (XVIIème –XXème siècles)

Cet ouvrage qui regroupe plusieurs contributions évoque un aspect assez méconnu des rapports que Bordeaux et la Gironde ont entretenu avec la Marine et l’Etat. Il met en valeur en particulier les chantiers qui ont fourni à la Marine des centaines de navires. Des chantiers, cela implique des hommes. Leurs métiers, leurs techniques ont évolué au fil des décennies, passant du travail du bois à celui du fer.   Robert Pierron  cite pour une période relativement récente la place des traceurs, riveurs, aléseurs, fraiseurs et autres charpentiers de fer. Un savoir-faire. Qui étaient-ils ? Un bon sujet de recherche pour qui s’intéresse à l’histoire des hommes du territoire girondin.
Ces activités maritimes, quelle qu’en soit l’époque, répondaient à des enjeux qu’ils soient militaires ou commerciaux.  A découvrir à travers quelques articles très bien documentés.

Table des matières

L’apport de Bordeaux à la Marine : Hommes et navires de guerre
Michel VERGE-FRANCHESCHI - Les Nesmond : une dynastie bordelaise d’officiers de vaisseaux
Hervé GUICHOUX - L’histoire de la construction navale militaire à Bordeaux et à Lormont sur un CD/ROM
Jean-François CLAVERIE - Les chantiers du Roi à Bordeaux au XVIIIème siècle
Robert PIERRON - La Construction navale militaire à Bordeaux du Second Empire à la IVème République : une composante clé dans la qualification d’un pôle industriel et technologique de premier plan

Enjeux militaires et protection du commerce à Bordeaux et à la sortie de la Gironde
Patrick VILLIERS - Les convois coloniaux en Atlantique de Louis XIV à Louis XVI
Daniel BINAUD - Note sur les corsaires de Bordeaux de la fin du XVIIIème siècle à 1815
Michel CASSE - La course à Bordeaux en 1793 : un état de la question
Jacques BARTHOU - La guerre sous-marine et les défenses de l’estuaire de la gironde et de ses abords : 1914-1918
François MAGNE DE LA CROIX - Bordeaux, enjeu stratégique pendant la Seconde Guerre Mondiale

MARZAGALLI Silvia (sous la direction de), Bordeaux et la Marine de guerre( XVII°-XX° siècles), Presses universitaires de Bordeaux, 2002.

Cet ouvrage peut être consulté et emprunté à la bibliothèque Municipale de Bordeaux  Mériadeck (documentation régionale).

(06/2013)


Base documentaire

Base Leonore sur internet
Retrouver un récipiendaire de la Légion d’honneur


La base Léonore donne accès aux dossiers nominatifs des personnes nommées ou promues dans l'Ordre de la Légion d'honneur depuis 1802 et décédées avant 1977.

La liste peut être consultée à partir d’un patronyme ou d’un lieu : département puis commune.
Les femmes titulaires de cette distinction ne sont pas oubliées. Une liste particulière leur est consacrée.

Des photos du dossier de la personne recherchée constituent avantage appréciable.

Paperol. (03/2014)

 baseleonore01


Une bibliothèque en ligne


Peut-être trouverez-vous votre bonheur dans ces ouvrages proposés sur le site :

http://1886.u-bordeaux3.fr/

Paperol. (09/2013)

 lecture01

Famille

Un arbre généalogique un peu particulier : celui de la descendance d’Aliénor d’Aquitaine

Le Château médiéval de Mont-Orgueil, ancienne résidence des gouverneurs de Jersey surplombe la mer et le petit port de Gorey. Dans une des salles se trouve cet arbre généalogique montrant la descendance d’Aliénor d’Aquitaine, épouse successivement du Roi de France Louis VII, puis du Roi d’Angleterre Henry II.

B.Glotin (05/2013)

 arbregenealogique01v

arbregenealogique02v
Cliquer sur les 2 images pous les agrandir.


Gastronomie

 belleville01

Rue Belleville à Bordeaux

On pouvait lire dans la feuille des Affiches de Bordeaux en 1774 le texte suivant :
Nouveau concept d'un restaurateur Bordelais pour éviter la grivèlerie.

Le sieur Bernier pâtissier, rotisseur, traiteur tient à Belleville hors la porte d'Albret, tout ce que l'on peut désirer pour les repas de nôces et autres. On trouvera chez lui toutes sortes de rafraichissements, chocolat, café, glaces. On payera à l'entrée douze sous par personne, à déduire de la dépense, et ce, pour éviter la confusion et ne recevoir que des gens honnêtes.

La rue Belleville est située de nos jours quartier Saint Bruno et porte le nom du sieur Nicolas (ou Nicaise) Belleville ancien confiseur parisien qui ouvrit un établissement de danses dans les marais de La Chartreuse. Devenu entrepreneur de spectacles, il se transporta cours Tourny en 1776.
Le 3/12/1784 il lança deux globes en baudruche gonflés à l'hydrogène, devant des milliers de bordelais. L'expérience échoua, les spectateurs furieux saccagèrent les locaux du sieur Belleville.
Après bien des procès avec des personnages de la Ville, Belleville se retira à Orléans où il serait décédé en 1811. Quant à son successeur le sieur Bernier, on en ignore tout pour le moment.
Marcel Marc Douyrou (02/2015)


Histoire de la maison Cadiot-Badie chocolatier depuis 1826 à Bordeaux

Marcel Marc Douyrou

Les premiers faiseurs de chocolat Juifs portugais au XVIIe dont la Maison Rophé et les ancêtres de Pierre Mendès-France président du conseil. Les chocolatiers venus du canton des Grisons en Suisse. Les allées de Tourny au XVIIIe. L'immeuble du N°26 bâti par le négociant Vignes qui avait fortune dans l'exportation des farines de Moissac. Les frères Vène originaires de l'Albigeois fondateurs en 1826 de la chocolaterie. Antoinette Badie (1903-1939) et Cadiot (1939-1963) successeurs. Vertus et préjugés du chocolat. Que boire avec le chocolat...

* Chocolat en vente à Bordeaux et à Pessac.

 chocolat01

L'auteur a publié en 2010 : « Histoire du chocolat de Bayonne et du pays basque. Chocolatiers duXVIIe au XXe siècle » Editions CPE- 41202 Romorantin- 128 p.
www.histoire-du-chocolat-basque.fr
(02/2015)


Généalogie

 genealogie etatcivilfambord01

Etat civil des familles bordelaises avant la révolution - Mariages

Pierre Meller - 1909

A consulter et télécharger sur le site :

http://1886.u-bordeaux3.fr/

M.Lambert (11/2013)


Histoire

Budos
Une paroisse de la vallée du Ciron en pays de Graves
A la fin de l’Ancien Régime (1760-1789)

Le saviez-vous ?
A Budos et dans d’autres lieux de Gironde les vignes ne dépassaient pas 42 centimètres au-dessus du sol.
Un mouton valait 3 à 5 livres pièce, un cheval 45 à 75 livres.
Une journée de travail se payait environ 10 sols.
Il fallait compter 6 sols pour obtenir une douzaine d’œufs.

Des informations parmi d’autres que l’on peut découvrir au fil des pages de cet ouvrage. D’une base documentaire de qualité, l’auteur, Jean Dartigolles a su tirer partie pour expliquer, développer et même nous faire entrer dans les subtilités juridiques de la vie à Budos pendant les quelques décennies qui ont précédé la Révolution.
Il s’agit de Budos mais le lecteur découvrira vite que ce qui est décrit peut s’appliquer à bien des petits pays de la Gironde. Ainsi en est-il des contrats de mariages ou de la fiscalité dont les modalités ne diffèrent guère des autres paroisses rurales.

 budos01

Un style vivant, agréable. Comme par magie l’auteur a su gommer les aspects rebutants d’une documentation sans doute très rébarbative dans son état brut.

Dartigolles (Jean) , Budos, Les Editions de l’Entre-deux-Mers, 2005
Paperol (05/2014)


 histoire ciron01

A lire le texte des conférences de Jean Dartigolles.

http: //www.vallee-du-ciron.com/Documents/Conferences/Conferences.htm

Il fait parler l’Histoire, celle du Ciron, mais aussi celle de Bordeaux et autres lieux. Laissez-vous en conter.

M.Lambert (11/2013)


Histoire d'un quartier

Bacalan story : La saga d’un quartier de Bordeaux de 1900 à nos jours.

« Bacalan a tout perdu, ses marais, sa campagne, ses fermes, ses vignes, ses châteaux, ses usines, ses ateliers, ses commerces, ses champions, son gaz, sa merdasserie, ses cités, des bonnes sœurs, son pont du Perthuis...,
Il y a cependant une chose que Bacalan n’a pas perdue, son goût des histoires, son envie de raconter. Pour se souvenir, certes, mais pas seulement. »
Didier Periz

Bacalan Sory, ce sont des histoires, des témoignages de vies, souvent dures.
C’est aussi l’évocation des industries et des ateliers de ce quartier : aéronautique et ses activités annexes (Dyle&Bacalan, Catherineau ), chantiers navals, entreprises  (chaudronneries, produits chimiques, huileries). Il est raconté l’histoire des bassins à flot, du Port de Bordeaux, de la Raff’ et de la morue …

 bac bacalanstory01

Periz (Didier), Bacalan Story, Pleine Page, 2009

On peut prolonger la rencontre : http://bacalanstory.blogs.sudouest.fr/

Paperol. (09/2013)


Histoire - Ethnologie

La bibliothèque Bleue – Littérature de colportage

Dès le 17° siècle, un imprimeur à Troyes a lancé une série de livres présentés avec une couverture de papier bleue ? Le papier, de qualité médiocre, était illustré parfois par des gravures sur bois. C’était des colporteurs, dans les campagnes ou des libraires dans les villes qui assuraient la diffusion de ces ouvrages que l’on peut classer, très grossièrement, en deux catégories : les livres de piété ou didactiques (almanachs, guides de médecine, d’agriculture, etc.) et les livres de divertissements (recueils de contes, chansons, romans sentimentaux, faits divers et légendes).

Représentatifs de la « littérature populaire », ils ont fait depuis quelques années l’objet de recherches. Le contenu de tous ces feuillets, riches des rêves ou savoirs de nos prédécesseurs peut être appréhendé dans :
La Bibliothèque Bleue – Littérature de colportage
Avec les commentaires de Lise Andries et Geneviève Bollème Editions Robert Laffont - 2003 - 1113 pages.
Cet ouvrage peut être emprunté à la bibliothèque Mériadeck à Bordeaux.

On peut lire aussi des commentaires sur cette littérature sur le site :
http://www.lerecoursauxforets.org/article.php3?id_article=41

Au 19° siècle Charles Nisard s’est intéressé aux livres populaires. En 1864, paraissait :
Histoire des livres populaires et de la littérature de colportage consultable sur internet :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1113960/f1.image
On peut y lire un éloge funèbre – assez cocasse - à la page 143 :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1113960/f354.image

 bibliothequebleue01

Sur le site www.cahiersdarchives.fr :

  • Comment se soigner autrefois ? - rubrique « Santé ».
  • Instruction à l’usage des grandes filles pour être mariées – rubrique « Vie familiale ».

Paperol. (11/2014)


Petit lexique gascon de l’Entre-deux-Mers

 lexiquegascon01

C’est un dictionnaire un peu particulier qui se distingue des dictionnaires gascon-français. Celui-ci évoque les parlers du Bordelais et de l’Ente-deux-Mers. Bien que limitrophes du territoire de langue d’oïl, ils n’en restent pas moins rattachés à la langue d’oc.
Vous y découvrirez la distinction entre quatre zones linguistiques.
Peu parlé, on peut le retrouver cependant lors de diverses manifestations régionales.
Il est toujours d’actualité pour des recherches liées à la toponymie, l’origine de s noms de maisons ou de patronymes.

Gabriel Balloux - Petit lexique gascon de l’Entre-deux-Mers – Editions des régionalismes - 2012

Paperol. (11/2014)

 


Bernadau, un bordelais à sa fenêtre (1762 - 1852)

Georges Cuer propose un autre regard sur un personnage victime d’une mauvaise réputation.
Il s’agit de  Pierre Bernadau. « Ecrivassier », « vilain personnage », tels sont les termes dont il a été qualifié. Un certain Paul Courteault allait plus loin : « Quand on lui emprunte un renseignement, il faut le prendre avec des pincettes ».
Il est certain que Bernadau avocat, écrivain prolixe, avait beaucoup écrit : plusieurs plaquettes pendant la Révolution, plus tard des ouvrages imprimés : Annales politiques, littéraires et statistiques de Bordeaux  en 1803, une Histoire de Bordeaux et des environs en 1837, etc., et en tous temps des articles dans les journaux.
Mais il y a aussi, ce que l’on connaît moins, les manuscrits ou mémoires déposés à la Bibliothèque de Bordeaux. Et leur étude permet une approche plus intime de l’auteur. Son modèle, et il ne s’en cachait pas, c’était Montaigne : « Ce mémorial est rédigé comme les Essais de Montaigne qu’il invite chacun à faire dans sa chacunière ». Ses « tablettes » ne se limitent pas aux aspects personnels ; y sont notés une foule de détails sur la vie politique, intellectuelle ou artistique de son temps ainsi que sur la vie quotidienne de Bordeaux.

 bernardau01

Ce n’est pas alors l’historien qui faut chercher à reconnaître, mais le témoin d’une époque. C’est par l’ethnologie qu’une vision plus nuancée tend à s’imposer, depuis peu, sur le « regard d’un grincheux ».

Cuer (Georges), « Bernadau, un bordelais à sa fenêtre », Institut Aquitain d’Etudes Sociales (IAES), Automne 2012, N° 94

Paperol. (09/2013)


Histoire et patrimoine

 monsegur01

La vie à Monségur autrefois
Monségur et ses environs au XXème siècle

Un PDF à enregistrer : http://www.clempatrimoine.com/pdf/expo_monsegur.pdf

C’est le résultat d’un travail de mémoire réalisé à partir des témoignages des résidents de l’EHPAD de l’hôpital de Monségur, présenté lors d’une exposition.
Cette exposition avait été réalisée par le CLEM en 2011 dans le cadre du projet Temps mêlés mémoire vivante.
Conduit en partenariat avec le Conseil général de la Gironde, AGIRA33 et l’EHPAD Hôpital de Monségur, ce projet avait permis de recueillir et de valoriser la mémoire orale et collective de vingt personnes âgées de la maison de retraite de Monségur.
Cette exposition présentait, de manière thématique et transversale, des extraits de récits de vie, des photographies et documents d’archives rassemblés au cours des ateliers de recueil de mémoire.

Paperol. (03/2014)


 pompignac02
 
pompignac01

POMPIGNAC : deux ouvrages pour retracer son histoire

Au fil de la Laurence Pompignac - auteurs : Françoise Lemonnier et Pierre Massé 
Les Chroniques de Pompignac - auteur : Françoise Lemonnier

De l’histoire, des histoires. Ici évoqués les temps où Pompenhac(cité en 1388) devenait Pompigniac (1598), des temps où un seigneur pouvait posséder serfs et questiaux, des temps de paix et des temps de guerres.
Dessins et photos font revivre les constructions de toutes sortes édifiées par les pompignacais, depuis les plus  modestes (puits, lavoirs), jusqu’aux châteaux ou église.  Des vestiges, témoignages visibles de la vie des hommes.
La documentation écrite (registres paroissiaux, archives municipales et départementales, fonds privés, etc.) a permis de retracer une partie de l’état civil, de retrouver des contrats qui liaient les hommes entre eux ou à leurs terres, et d’appréhender les répercussions de la vie politique des deux derniers siècles sur la vie de la commune.
Il semblerait que quelle que soit l’époque, les auteurs ont tenu à ce que les habitants de cette paroisse devenue commune soient, autant que cela était possible,  présents et identifiables. Beaucoup de photos de personnes, jeunes et moins jeunes, pas toujours des notables, des femmes avec leur « cadichonne », des hommes en béret. Vendanges et moissons. Souvenirs de guerre aussi.

(06/2013)


Les moulins en Entre-Deux-Mers : une nouvelle approche

En 2011, Vincent Joineau a publié : "Etude technique et économique d’une activité industrielle rurale : les moulins de l’Entre-Deux-Mers bordelais de la fin du XI° siècle à la Révolution française".

L’auteur a analysé sur une longue période le niveau qualitatif et le potentiel de production de l’outil technique. L’impact paysager et économique induits par les choix d’aménagements et les options techniques ont aussi été évalués.
Dans ce texte, il est question de dime - d’immigration gavache (elle aurait favorisé l’utilisation des moulins à vent) - des places respectives du logement du meunier et du stockage des grains - des cours du blé, etc.
Il offre de nouvelles clés de lecture en matière d’histoire des rivières et de gestion de l’eau, sans oublier un socle documentaire de premier plan pour la conservation du patrimoine.

 moulin01

On peut lire un résumé de ce document dans la Revue Historique de Bordeaux et du département de la Gironde - 3° série - Nn° 18, 2012, p.357 à 362. Ou se déplacer à la Bibliothèque de lettes de Bordeaux.
Voir notice sur le site Babord+ Bordeaux 3 (taper : Joineau).

On peut lire aussi ce qui est écrit dans la revue les Cahiers de l’Entre Deux Mers du même auteur Vincent Joineau : 
http://www.cahiers-entre-deux-mers.fr/2013/07/rivieres-et-moulins-a-eau-enjeux-et-perspectives/

(04/2013)


Justice

vocabulairejuridique01 


Paperol. (09/2013)

Vocabulaire juridique

Consulter le site des Archives départementales des Landes
Rubrique Lexique

Exemples :
Acte de dépôt. C'est l'acte par lequel un des contractants donne une chose à garder à l'autre, qui s'en charge gratuitement et s'oblige de la rendre lorsqu'il en sera requis. Par l'acte de dépôt, le dépositaire reçoit la chose d'autrui à la charge de la garder et de la restituer en nature.
Antichrèse. C'est le contrat par lequel un créancier reçoit en nantissement une chose immobilière pour en percevoir les fruits et les imputer sur les intérêts ou sur le capital de sa créance. Voir la définition d'acte d'appel.
Délégation de contribution. C'était avant l'établissement du suffrage universel, la faculté pour une veuve ou femme séparée de corps ou divorcée, de consentir que ses contributions directes fussent comptées à l'un de ses descendants pour former son cens électoral.


Migration

Des girondins à Paris en 1848…

Considérés comme insurgés lors des journées sanglantes de juin 1848, des parisiens originaires de la Gironde ont été arrêtés, jugés, condamnés ou graciés.
Vous pouvez les retrouver sur ce site : http://tristan.u-bourgogne.fr:8088/index.html
Les auteurs ont fait un important travail de recherche sur les journées de juin 1848, un épisode mal connu de l’histoire de notre pays. 
On appréciera sur ce site une bibliographie qui permet de mieux comprendre les enjeux de ces journées et enrichir les données individuelles des personnes inquiétées.
Conseil : il faut cliquer sur l’image présentée pour avoir accès à la base de données.

 girondins01

De Pologne à la Gironde…

Ce sont les soubresauts d’une histoire mouvementée qui ont amené des polonais à se réfugier ou s’installer en Gironde. Françoise Reneteau s’est intéressée à cette migration un peu particulière. Divers documents lui ont permis de retrouve les traces de ces personnes qu’elle évoque, les situant dans le contexte politique qui explique leur arrivée sur le territoire girondin.
RENETEAU (Françoise), « Les polonais en Gironde au XIXème », Le Léopard, 10 (2/2012), p.16-30.

 polonais01

Des Grisons (Suisse) à Bordeaux : des « pâtissiers suisses » dès le XVIIIème siècle)

En ces temps-là « pâtisserie » évoque les pâtés et la confection de plats à base de viande. Plus tard, on les retrouve cafetier, limonadier, confiseur et pâtissier (il s’agissait alors de gâteaux sucrés).
Pour en savoir plus sur l’histoire de cette migration et le devenir de ces hommes, on peut lire les articles publiés à ce sujet dans la revue du Centre Généalogique du Sud-Ouest (Cgso) :
DOUYROU (Marcel), « Les pâtissiers suisses dans le Sud Ouest », Généalogies du Sud-Ouest,  N°44, (2/2002), p.16-20.
BAREYT (Anne-Marie), RENATEAU (Françoise), CASSE (Jean-Paul), « Des pâtissiers suisses : des Grisons à Bordeaux », Le Léopard N°2, (2/2008), p.3-20.
BAREYT (Anne-Marie), RENATEAU (Françoise), « Le groupe des pâtissiers grisons à Bordeaux », Le Léopard  N°7, (1/2011), p. 10-23.
BAREYT (Anne-Marie), RENATEAU (Françoise), « Le groupe des pâtissiers grisons à Bordeaux », Le Léopard  N°8, (1/2011), p. 8-21.

 grisons01

 Population

Regard d'un recenseur sur la société bordelaise par Girondine

Besse (Philippe), Esprit de Bordeaux ou étude du dénombrement des habitants et de la ville, Bordeaux, impr. de G.-M. de Moulins, 1852, In-18, IV-198 p.
Cet ouvrage est consultable aux archives municipales de Bordeaux, rue du Loup (cote D 9 24), à la Bibliothèque de Mériadeck (Fonds patrimoniaux).

Informé de l'imminence d'un dénombrement de la population (celui de 1851), cédant aux amicales pressions de ses amis, Philippe Besse, avait accepté la fonction de recenseur. « Néanmoins, malgré sa gravité, je me suis réservé le droit de rire, si le cas se présentait » écrivait-il en avant-propos « je vous raconterai mes impressions d'une journée ou de plusieurs, essayant de vous distraire ou d'être utile à mes amis » ajoutait-il.

D'une plume alerte, l'auteur a présenté sa mission « Un recenseur est tenu de se glisser partout où il croit rencontrer un recensé…Il n'y a pas de vipère qui puisse montrer plus d'acharnement qu'un recenseur. »

Fut-il à la hauteur de sa tâche ? On ne sait. Par contre, il a goûté le plaisir de la rencontre avec les différents milieux qui composaient alors la société bordelaise. C'est ce qu'il a essayé de transmettre au travers d'une trentaine de chapitres.

Quelques exemples : Cloitrées, L'infirmier, Le Haut du pavé, Futilités, Le cimetière.

Philippe Besse ne manquait pas d'humour.


Religion

Hospitalité Cadillac – hier et aujourd’hui

Les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle savent-ils que pour renouer avec une très vieille tradition le Centre Hospitalier de Cadillac offre des possibilités d’hébergement ?

Pour en savoir plus :
Consulter le site du Centre hospitalier de Cadillac
http://www.ch-cadillac.fr/histoire

Paperol. (09/2013)

hospitalitecadillac02vCliquez sur l'image pour l'agrandir

hospitalitecadillac01


 testament01

Testaments du Pays de Buch (1710 à 1780)

La préparation au salut de l’âme : c’est une des fonctions – largement méconnue – des testaments. L’exploration des modalités de la rédaction des actes permet-elle de dégager quelques tendances relatives à la ferveur religieuse des testateurs ?
C’est l’aspect religieux des dernières dispositions des habitants du Pays de Buch qui a retenu l’attention de l’auteur Alain Contis pour la période qui court de 1710 à 1780. Il s’agissait de décrypter les formules stéréotypées utilisées par les notaires et de tenter de dégager leur évolution dans le temps.
Les testateurs : une population très diversifiée, des hommes surtout. Des activités en relation avec la mer (maîtres de barque ou marins), la terre (laboureurs, brassiers ou pasteurs) ou la forêt (résiniers).
Des notaires : ceux sont eux qui tiennent la plume. Chacun a ses habitudes de rédaction. Cependant tous utilisent les mêmes modalités. Il s’agit, en ce qui concerne l’implication religieuse, de solliciter les intercesseurs célestes (Vierge Marie et saints du paradis) et les intercesseurs terrestres. Ce sont ces derniers qui se chargeront des honneurs funèbres et se préoccuperont des messes basses. Quelques dons à des œuvres ne peuvent que favoriser la Miséricorde divine.

L’auteur introduit le lecteur d’aujourd’hui dans l’univers religieux des habitants du Pays de Buch. Il n’en oublie pas pour autant l’aspect plus profane. Les exemples, bien choisis – tel le don de deux brebis « bonnes et vendables » d’une femme de Sanguinet à la fabrique de sa paroisse – permettent une approche sensible des testateurs et de leur environnement.

Contis (Alain), « Testaments du Pays de Buch », Revue Historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 2012, N° 18, Troisième série, p.109 à 125.

(Article original de 03/2013 repris en 01/2014)


Affirmer sa foi dans les testaments du Blayais à la fin du règne de Louis XIV

Dans cet article, ce sont les testaments des habitants d’un autre « pays » de la Gironde, le Blayais, qui sont étudiés..
L’approche sociologique des testateurs diffère selon qu’il s’agit de personnes évoluant en milieu urbain attaches urbaines (marins, artisans, marchands) ou en milieu rural (laboureurs, petites propriétaires et le plus souvent « laboureurs à bras » ou journaliers). Il est noté que certains laboureurs des campagnes n’hésitent pas à confier leurs dernières volontés à un notaire de la ville.

 testament02

Alain Contis reprend quelques – uns des éléments de l’analyse développés pour les testaments du Pays de Buch. On découvre avec le même intérêt ce qui faisait la richesse de l’article précédent : le lien entre des préoccupations religieuses et des réalités profanes

Contis (Alain), « Affirmer sa foi dans les testaments du blayais à la fin du règne de Louis XIV », Les appartenances religieuses, confessions, sensibilités et particularismes dans l’histoire du Sud-Ouest, Fédération historique du Sud-Ouest, Fédération des Sociétés savantes de la Charente Maritime, Bordeaux, 2012, p.97à 117.


(01/2014)