Imprimer

 

Justice

Dans cette rubrique seront présentés les articles concernant :

  • les tribunaux, ses juridictions, ses acteurs : juges, avocats, notaires, gendarmes ainsi que tous ceux qui ont pour mission de faire respecter la Loi,
  • les infractions à la Loi, les justiciables, les peines encourues,
  • lieux d'enfermement, maison d'arrêt, prisons et bagnes.
justice01

 

Autour de la guillotine pendant la Révolution
La guillotine, c’est un sujet inépuisable. Nous vous invitons à découvrir quelques textes, une approche complémentaire à tout ce qui a été écrit sur ce sujet concernant la période révolutionnaire... (06/2021)

Cadillac 1858 : des hommes dangereux
Cadillac (2200 habitants), une très petite ville active : son port, sa bastide, son asile d’aliénés, son château transformé en prison pour femmes et… son commissaire de police... (03/2021)

1810 - La prison de Langon
Un regard très critique sur la prison de Langon, c
’est celui de Grassi, médecin des Epidémies, appelé dans cette ville de 3000 habitants pour donner son avis sur une maladie inquiétante... (28/01/2021)

Arrestation d’une voleuse - Caudéran 1839
On peut lire, sous la cote 4 M 223 aux AD 33, l’interrogatoire de cette malheureuse femme, transcrit ci-dessous dans son intégralité...
(02/2014)

Déclaration du navire le "Bons Fils"
Nous ne connaissons pas toutes les démarches administratives nécessaires à remplir par un armateur au milieu du 19e siècle pour le lancement et l'exploitation d'un navire, mais aux Archives départementales de la Gironde, dans des registres de la Justice de Paix de Bordeaux, nous avons trouvé un document qui nous donne un des aspects de ces démarches... (11/2013)

Un sorcier à Ambarès ? (1843)
La Justice de paix de Carbon-Blanc a dû se prononcer sur une accusation de sorcellerie. Pierre Bret était-il sorcier ? ... (06/2013)

La justice de paix
Un vivier d’informations sur le mode de vie des girondins... (04/2013)

Le fort du Hâ : une prison pour « enfans»
Au début du 19ème siècle, les « enfans » reconnus coupables étaient enfermés au Fort du Hâ, la prison départementale. Quelques documents laissent percevoir leurs conditions de vie