Imprimer

Par Monique LAMBERT

Demander un acte de naissance, une démarche banale ? Pas à Arsac en ce mois de novembre 1808. HenrySégur (de Ségur), propriétaire se propose de demander un acte de naissance pour un enfant dont la mère, femme de soldat réfractaire, a accouché chez lui. Dans cette intention, il se rend chez le maire non sans avoir pris quelques précautions…
La suite… on laisse le lecteur la découvrir en lisant la lettre adressée au préfet par Henry Ségur.
Lettre adressée par Henry SEGUR au préfet de la Gironde

 Arsac1808 actenaisancev

Bordeaux le 9 9bre 1808
Henry Ségur, propriétaire de la commune d'Arsac à

Monsieur le préfet du département de la Gironde

et Membre de la légion d'honneur

Monsieur le préfet,

La nommée Despraix, épouse du conscrit réfractaire de ce nom, accoucha jeudy hier chez moi, et me pria hier 8 du courant de demander à Mr Bachelot, maire d'Arsac, l'acte de naissance de son enfant, je me présentais chez ce fonctionnaire, comme propriétaire de la maison, le père étant en état d’arrestation ; j'avais avec moi trois témoins, René Desvignes, mon garde-champêtre, Langevin, cordonnier à Arsac et la femme Dugaye, qui tous trois avaient assisté à la rédaction de l'acte de naissance.

La connaissance que j'ai acquise du caractère du Sieur Bachelot rendait cette précaution utile; je lui fis part du motif qui m'amenait chez lui; il paraissait disposé à me satisfaire, lorsque, tout à coup sa femme se précipite comme une furie dans la chambre, et fait passer dans l'âme de son mary le venin que distille sa bouche. En vain j'observais qu'en pareil cas la compagne d'un maire doit se taire, qu'ennemi des mauvais propos et des querelles je n'ai l'habitude n'y d'en tenir n'y d'en souffrire.

Je ne suis point écouté ; j'ajoute qu'elle ferait mieux de se retirer, son mary lui ordonne de rester et partageant à l'instant son délire furibond, il refuse l'acte demandé, et m'enjoint de sortir de chez lui avec mes témoins.

Je vous avoue, monsieur, que sans le respect que je porte au caractère dont les maires sont revêtus, j'aurai à l'instant châtié l'insolence du Sieur Bachelot, mais je seus imposer silence à mon amour propre humilié, je dévorai l'outrage, en imposai à mes témoins indignés et me contentai de les prier de se rappeller cette femme mal'honnêtte pour en retracer à vos yeux, si besoin est, les détails scandaleux.

Je vous épargne, Monsieur le préfet, le récit des termes indécents dont s'est servi le sieur Bachelot, vous n'avez pas l'habitude d'en entendre de pareils, et je ne veux pas commander votre indignation ; je veux seulement faire un appel à votre justice, je me la seroit faitte déjà peut êttre, si j'avais connu l'interdiction dont vous avez frappé le maire d'Arsac.

Vous ne souffrirez pas, Monsieur, que les honnêtes gens d'Arsac gémissent plus longtemps sous la verge de fer du Sieur Bachelot, qu'il mette plus longtemps sa volonté à la place des lois et que ce maire dispose à son gré de la réputation des hommes honnêtes qu'il devrait protéger au lieu de les insulter.

Je pourois, Monsieur, profittant de la circonstance m'ériger en dénonciateur, mais ce rôle ne me convient point, je pourois, remontant des époques, heureusement éloignées, lever le voile qui cache la conduite du Sieur Bachelot à mon égard, je pourois vous désigner certains particuliers qui, foulant aux pieds les lois du gouvernement relative à la conscription, vivent tranquilement à Arsac à l'ombre du silence protecteur du Sieur Bachelot,

je laisse au temps à vous faire connoittre le degré de confiance qu'on doit lui accorder, et à votre sagesse le soin de me rendre la justice que je dois attendre de vos manières et de votre impartialité.

Si je me suis décidé, Monsieur, à vous renddre compte des faits qui se sont passés hier à Arsac, c'est qu'après nous avoir chassé de sa maison, le sieur Bachelot rouvrit sa porte pour me dire d'un air triomphant (et je vous rapporte ses expressions) « allez au Département, vous y vérrez le paquet que j'y ait porté contre vous ».

Je scais 'avance ce que vous pourez penser Monsieur des calomnies du Sieur Bachelot, calomnies fabriquées, vraisemblablement par luy et un de ses collègues, échappé, heureusement pour luy, à la justice du tribunal criminel devant lequel je l'ai fait comparoittre il y a quelques années mais je suis tranquile parce que ma conscience ne me repproche rien.

Daignez, Monsieur le préfet, ordonner à l'adjoint de la commune d'Arsac de me délivrer l'acte de naissance que j'ai réclamé vainement hier et êttre bien convaincu des sentiments respectueux avec lesquels j'ai l'honneur d'êttre

Monsieur le préfet

Votre humble et obéissant serviteur

Henry Ségur

Le Sieur Bachelot malgré sa suspension exerce toujours ses fonctions et a fait hier 8, le mariage de la fille du nommé Jérémie Segonnes habitanted'Arsac avec le nommé Gondat de Cantenac.

ADG 2 R 285
Quelques jours plus tard, c’est Henry Ségur qui officie comme maire d’Arsac