Imprimer

Par Monique Lambert
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

11 janvier 1850. Une loi a été votée. Quelques instituteurs ont gardé des souvenirs douloureux des conséquences de ce texte. Ils ont été sanctionnés, pénalisés et même révoqués.

Ainsi Jacques Sainsevin, jeune instituteur dans la commune du Taillan Médoc (1100 habitants) ou Raymond Léglise, 39 ans, qui, malgré un certain handicap physique exerçait à la satisfaction de tous (ou presque) sa fonction à Saint Pey de Castets. (800 habitants), vers Castillon. Quant à Blaise Charron, 40 ans, il apprenait à lire et à écrire aux enfants depuis 19 ans à Ordonnac, petite commune du Médoc de 550 habitants dont il était originaire. Alexis Manières, 30 ans, instituteur à Laruscade (2000 habitants) dans le Blayais, ne craignait pas de sortir de sa réserve et d’afficher ses opinions : il « propage les plus mauvaises doctrines et a toujours cherché à empêcher les électeurs de voter pour les candidats de l’Ordre ».

Ce sont quelques-uns de ces enseignants, parmi une cinquantaine d’autres, qui sont inquiétés dans le département de la Gironde. On trouvera leur nom sur le tableau téléchargeable en annexe.

Que leur reproche-t-on ? Leurs opinions politiques. En ces temps-là, il n’est pas opportun de s’écarter de la norme fixée par le Gouvernement, le parti de l’Ordre.

Une période-charnière – celle de la Seconde République

Depuis quelques années, à Paris et à un degré moindre en province, il s’était passé bien des choses. En 1848, après le départ contraint du roi Louis Philippe, Paris a vécu des moments difficiles, la « Révolution de 1848 ». Un gouvernement provisoire parvient à s’imposer, porteur d’espoir pour ceux qui affichent des idées républicaines. Une courte période qui voit la signature de plusieurs décrets dont celui de l’abolition de l’esclavage et le droit de vote accordé à tous les hommes de plus de 21 ans, sans condition de ressources. Une élection, au suffrage universel, la première de ce type, a lieu le 23 avril 1848. 500 députés libéraux proches du gouvernement provisoire dont Lamartine, 150 députés radicaux et socialistes dont Louis Blanc et 250 députés monarchistes composent cette nouvelle assemblée.

Il y a de la maladresse dans certaines prises de décisions. S’ensuivent en juin des émeutes à Paris suivies d’une répression brutale (fusillades et déportations). Et en décembre 1848, soutenu par le parti de l’Ordre, un groupement structuré de personnalités partisanes de l’ordre, de la sécurité et des bonnes mœurs avec l’appui de l’Eglise, Louis Napoléon Bonaparte est élu président de la République pour 4 années, un mandat non renouvelable.

Les instituteurs communaux, des hommes dangereux, menaçants par le pouvoir en place ?

Leur statut est particulier. Ils ne sont pas nommés à leur poste, mais recrutés par les communes. L’instituteur exerce sa fonction sous le contrôle du maire, du curé et de quelques notables. Morale et enseignement religieux figurent au programme.

Petit rappel de la loi Guizot votée en 1833 : les communes devaient prévoir un local convenable pour instruire les enfants ainsi qu’un logement pour l’instituteur. Celui-ci perçoit un traitement payé par la commune, traitement complété par une contribution des parents (l’école n’est pas gratuite). La commune prend en charge la participation des familles nécessiteuses.

instit revoques 01

Oublions les illustrations qui nous représentent des élèves sagement assis derrière leur bureau écoutant leur maître officiant devant un tableau noir, telles que les présentent les illustrations de la fin du 19ème siècle. En 1850, les communes n’ont pas toutes pris les bonnes dispositions pour que l’enseignant exerce sa fonction dans de bonnes conditions. Des locaux parfois inadaptés. Un matériel scolaire pratiquement inexistant. Beaucoup d’absentéisme. « Les enfants partent aux premiers bourgeons et reviennent aux premiers frimas » disait-on. La main d’œuvre juvénile est en effet indispensable à la survie d’une famille qui ne voit pas bien l’utilité de l’instruction. Quant à l’instituteur, plus ou moins bien logé, il ne peut guère s’absenter : un mois de vacances seulement et quelques jours de fêtes.

Cet enseignant jouit d’un statut particulier dans la commune. Ce n’est pas un paysan et ce n’est pas un notable. Cependant il peut avoir un certain ascendant : il sait lire et écrire. Il a été, parfois, formé à l’Ecole Normale d’instituteurs au chef-lieu du département. Il peut s’être fait des relations, hors le village et le canton. Il peut lire les journaux. Il peut rencontrer d’autres instituteurs et échanger. Il n’est pas propriétaire, sauf exception, donc peu attaché à tout ce qui découle du droit de propriété, donc potentiellement il est apte à faire siennes les idées propagées par des « démagogues », des « socialistes » ou par des « personnes ennemies de l’Ordre ».

La loi du 11 janvier 1850

C’est dans un climat de grande méfiance vis-à-vis des instituteurs communaux qu’est votée le 11 janvier 1850 une « petite loi » qui permet au préfet de révoquer facilement les instituteurs indésirables.

La loi comporte 8 articles dont les plus importants : l'article 1er qui place l'instruction primaire, dans chaque département, sous la surveillance spéciale du préfet ; l'article 3 qui autorise le préfet à révoquer tout instituteur, après avis du Comité supérieur d'arrondissement, avis qui doit être fourni dans les dix jours : le délai passé, le préfet peut passer outre ; l'article 5, qui interdit à l'instituteur révoqué d'ouvrir une école privée dans la commune où il exerçait les fonctions qui lui ont été retirées, ni dans les communes limitrophes.

On peut lire dans un périodique La feuille du dimanche en date du 27 janvier 1850 les textes de courriers adressés à différents correspondants :

Au préfet

instit revoques 02Lettre aux recteurs

instit revoques 03 instit revoques 04

 Lettre aux instituteurs

instit revoques 05
instit revoques 06 instit revoques 07

En Gironde

En Gironde, une cinquantaine d’instituteurs sont inquiétés.

Les archives départementales de la Gironde conservent quelques traces de cet épisode. Une documentation très partielle qui pourrait utilement être complétée par la consultation de dossiers déposés aux archives nationales.

Pour en savoir plus, on peut lire l’article de Pierre Pierrard : La « petite loi » Falloux du 11 janvier 1850 et les révocations d’instituteurs communaux en 1850.

https://www.persee.fr/doc/rnord_0035-2624_1985_num_67_266_4144

On trouvera dans ce document mention des discussions qui ont précédé le vote de la loi ainsi que les modalités d’application du texte voté. Des perspectives qui permettent d’entrevoir les conséquences de cette loi sur le plan national.

Que pouvons-nous découvrir aux archives départementales ?

Une liste des instituteurs mis en difficulté par la loi de janvier 1850. Elle mentionne le lieu d’exercice de l’intéressé, la nature des peines encourues avec éventuellement des modifications. Un tableau sans doute provisoire. Des peines qui ont été aménagées probablement car Pierre Pierrard n’a en effet relevé en Gironde que 2 révocations définitives.

instit revoques 08v Téléchargement de la Liste des instituteurs révoqués au format pdf

Des rapports : l’un d’eux apporte quelques informations sur le personnel des instituteurs communaux de l’arrondissement de Blaye, non daté.

A ce rapport sont joints divers courriers notamment celui concernant un certain Cailleau, de Tauriac. On lui reproche parmi d’autres manquements de quitter sa classe pour aller chasser.

La conduite des instituteurs de Libourne a donné lieu à un autre rapport. Plus succinct, il se contente de donner son avis sur la pertinence de certaines peines infligées.

Et beaucoup de correspondance

De la part des intéressés en premier lieu. Ils plaident leur cause, tentent de se justifier. Promettent une conduite exemplaire, à regret sans doute. Un peu frustrant pour le lecteur qui tenterait de retrouver les motifs et ressentiments qui ont agité ces instituteurs. Ils avaient eu le tort d’exprimer des idées auxquelles ils croyaient. Certains s’étaient engagés pour ce qu’ils pensaient être le bien public. Il leur faut faire maintenant profil bas.

Des personnes influentes, le maire, un notable et parfois même le curé tentent une remise en cause de la peine encourue. On peut déchiffrer plusieurs pétitions signées par tous ceux qui savaient écrire.

Car l’annonce des décisions prises à l’encontre des enseignants a suscité bien des réactions. Le désarroi des personnes concernées, que ce soit celui des instituteurs, ou celui de leurs familles est perceptible à travers ces documents. Les conséquences des peines encourues peuvent avoir des conséquences dramatiques. Une révocation peut conduire un jeune instituteur, à effectuer un service militaire très long ce dont un engagement décennal le dispensait. Moins grave, la perte du traitement et du logement pendant 6 mois peut mettre cependant dans la gêne des chefs de famille peu fortunés.

Veut-on un aperçu de l’ambiance et des réactions suscitées par les peines infligées aux instituteurs du secteur de Langoiran-Cadillac ? On lira avec intérêt le volumineux échange de correspondance suscitée par leur conduite. On peut remarquer que ces documents se situent en juillet-août et non dans les premiers mois de 1850.

Quel a été le sort des quatre instituteurs évoqués au début de l’article ?

Jacques Sainsevin accusé d’avoir fait faire par ses élèves des bulletins de vote et d’avoir subi quelque influence, a bénéficié de sa bonne réputation et de sa jeunesse. Il n’a reçu qu’une réprimande. Après son départ du Taillan, il a fait une carrière sans histoire (ou presque) à Saint Laurent d’Arce.

Raymond Leglise, 39 ans, exerçant à Saint Pey de Castets, a été condamné à la révocation en date du 13 février. Une lettre du sous-préfet au préfet justifie une mesure de rigueur bien méritée. En effet « ses opinions sont entièrement favorables à la cause socialiste ». On a noté sa participation aux « mesures anarchiques des ennemis du gouvernement ». Cette décision est lourde de conséquences pour lui et pour sa mère qu’il aide. Un courrier le présente dans un état complet de dénuement. Il a tenté d’ouvrir une école privée près de chez lui. Mais son handicap physique ne lui permet pas de faire les 3 kilomètres nécessaires pour atteindre sa destination. Il a pu obtenir un allègement de sa peine : suspension pendant 6 mois sans traitement et sans logement à compter du 6 juin 1850. Il a fini sa carrière à Saint Pey de Castets où il est décédé en 1876.

Blaise Charron, 40 ans, instituteur à Ordonnac est un enfant du pays. Orphelin de père, il a sans doute été instruit par un parent proche, chirurgien, ancien maire de la commune. Il a été condamné à la révocation en février 1850 à la suite d’une réunion du comité de l’instruction primaire où ont été évoqués différents faits ne relevant d’ailleurs pas toujours de sa fonction : il avait fait signer une pétition par des élèves, en 1845 il avait mis 2 bulletins dans l’urne et en 1849, il a accusé l’agent voyer de concussion. Dans un courrier il est fait mention de « propagande socialiste qui a exercé la plus fâcheuse influence sur la population d’Ordonnac ». Le conseil municipal de la commune s’est mobilisé, a démonté l’un après l’autre tous les chefs d’accusation portés contre l’instituteur. Démarche vaine. En juillet, Blaise Charron est informé que la révocation prononcée contre lui est maintenue. Que s’est-il passé ? La peine semble avoir été atténuée. On peut constater qu’en 1853, l’instituteur est toujours en poste à Ordonnac où Il est décédé en 1889.

Alexis Manières, instituteur dans le Blayais à Laruscade a été révoqué le 4 mars 1850. Par arrêté du 6 juin 1850, Il a obtenu une suspension de 6 mois sans traitement. Beau parleur, la plume facile il a laissé des écrits, sous son nom ou sous des pseudos : Crespy-Noher et Rance-paris.

On peut lire, consultable sur Gallica, l’ouvrage : Origine et généalogie du Bordelais par Alexis Manières.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562079v.r=origine%20et%20genealogie%20en%20Bordelais%20A%20Mani%C3%A8res?rk=21459;

Page 70 il s’exprime sur son vécu dans cette affaire. On peut prolonger la lecture. Les pages suivantes font apparaître un personnage haut en couleurs. Il a exercé longtemps à Laruscade, est devenu conseiller municipal avant de rejoindre Bordeaux où il est décédé à 64 ans.

La loi du 11 janvier 1850, « petite loi », n’a guère eu une conséquence à long terme. Il n’en est pas de même de la loi Falloux, promulguée le 15 mars de la même année qui favorise l’Eglise. Contestée, elle fera longtemps parler d’elle avant d’être définitivement abrogée en 2000.

-----------------------------------------------------------------

Sources (Archives départementales de la Gironde) : ADG 37 T 1 et ADG 37 T 2


(06/2021)