Imprimer

Par Marg et Guienne.

Nous ne connaissons pas toutes les démarches administratives nécessaires à remplir par un armateur au milieu du 19e siècle pour le lancement et l'exploitation d'un navire, mais aux Archives départementales de la Gironde, dans des registres de la Justice de Paix de Bordeaux, nous avons trouvé un document qui nous donne un des aspects de ces démarches : La déclaration du propriétaire d'un navirepar prestation de serment.
Il s'agit ici du navire le "Bons Fils". (1)

Le navire
Constructeur LANDARD aîné, à La Roque de Gauriac.
De type 3 mâts barque, il jaugeait 287 tonneaux et 20/100, ayant un tirant d'eau de 3,5 m à vide et 4 m en charge.
Navire mono pont, il mesurait 31,38 m de long, 7,40 m de large, sa cale haute de 4,7 m.
Il a été francisé à Bordeaux le 26 février 1855 sous le numéro 2317, inscrit dans les registres Matricules des Navires du Port de Bordeaux le 11 mars 1855.
Il appartenait à Laurent JUILLET domicilié à Bordeaux. (2)
Laurent JUILLET semblait posséder d'autres navires parmi lesquels Le Bon Père, Le Sicily Juliette, Le Néréide...

Transcription

24 février 1855, numéro 58Déclaration du Bon filsL'an mil huit cent cinquante-cinq et le vingt-quatre février
Par devant nous Louis Augustin DONAND juge de paix du premier arrondissement de la ville de Bordeaux, assisté de M. François SEGERAL, greffier de ladite justice de paix.
S'est présenté en notre prétoire sis cours St André n° 20 Monsieur Laurent JUILLET, négociant armateur, demeurant et domicilié à Bordeaux de rue Duplessis n°16,
Lequel comparant nous a exposé :
Que le sieur LANDARD aîné constructeur de navires à la Roque, commune de Gauriac, canton de Bourg, arrondissement de Blaye (Gironde), le comparant à fait construire un navire à Trois Mâts Barque, auquel il fait porter le nom de Bons Fils et qu'il déclare attacher au port de Bordeaux.
Que le comparant est seul et unique propriétaire dudit navire et qu'aucune autre personne quelconque n'y a droit, titre, portion intérêt ou propriété.
Que le comparant désirant être reconnu propriétaire dudit navire et le faire naviguer tant au petit et grand cabotage qu'au long cours et sous pavillon français, nous demande de le recevoir à la prestation de serment prescrite en pareil cas ;
En conséquence nous avons pris et reçu du comparant le serment qu'il nous a fait en ces termes :
"Je jure et affirme que je suis citoyen de France soumis aux lois de France, et qu'aucun étranger n'est directement ni indirectement intéressé dans le susdit bâtiment". (*)
Un certificat de jauge délivré à Bordeaux le vingt deux février mil huit cent cinquante cinq par M.M. les vérificateurs des douanes nous a été représenté, lequel porte qu'en conformité de l'article quatorze de la loi du vingt-sept vendémiaire an deux, et d'après la formule donnée par la loi du douze nivôse suivant et par l'ordonnance du dix-huit novembre mil huit cent trente-sept, il a été procédé à la vérification de la jauge du trois mâts barque français nommé Bons Fils capitaine LALANNE, appartenant au port de Bordeaux, venu du chantier et avoir obtenu le résultat suivant, savoir :
Longueur de tête en tête prise sur le pont de l'étrave à l'étambot, trente-un mètres trente-huit centimètres
Largeur la plus grande prise au grand panneau, sept mètres quarante centimètres
Hauteur intérieure, prise pour les bâtiments à un pont, de la cale au pont quatre mètres soixante-dix centimètres
Des quelles mesures il résulte que le bâtiment est de la contenance de deux cent quatre-vingt sept tonneaux vingt centièmes.
Serrage, vaigrage, sans fausse tillac, rouffle, dunette, gaillard soute à charbon sur l'avant, doublé en cuivre.
Nous avons donné acte au comparant de ses déclarations et affirmations.
De tout quoi nous avons fait et dressé le présent procès-verbal qui, après lecture faite, a été signé par le comparant ainsi que par nous et le greffier.
Fait à Bordeaux les jours mois et an que dessus
mots rayés nul
Signé JUILLET, SEGERAL greffier, Auguste DONAND juge de paixEn marge : enregistré à Bordeaux le vingt-quatre février 1855, folio 98, reçu deux francs et vingt centimes.

 

(*) Note du transcripteur : Sur le document des Archives, l'écriture de la prestation de serment est différente de celle du greffier qui a saisi le reste de l'acte, il s'agit vraisemblablement de celle du déclarant Laurent JUILLET.

L'activité du navire
Il a été de nombreuses fois armé et désarmé à Bordeaux (plus de 22 entre 1855 et 1868) ainsi qu'à Marseille, Saint Nazaire et Le Havre.
Bien qu'ayant l'Ile Guadeloupe pour principale destination, il est également allé à Pointe à Pitre, La Havane, La Nouvelle Orléans, Veracruz et Buenos Aires.
Il a été commandé par le capitaine LALANNE jusqu'en octobre 1862, et par le capitaine PRIVAT ensuite. (2)
Dans les Registres des navires au départ du port de Bordeaux, ou dans les Registres d'armement des navires, il a été noté ayant un équipage de 10 à 15 hommes, suivant le voyage. (3)

Dans les Registres des visas de la préfecture de Bordeaux (4), le navire a été quelquefois nommé comme celui utilisé par des émigrants.

Il nous est impossible de savoir quelle a été la fin de ce navire, vraisemblablement après 1869 : A-t-il été déclaré innavigable (frais de réparation supérieurs à la valeur du navire), a-t-il été naufragé, ou a-t-il été démoli ? Il manque le registre "Matricule des batiments du commerce" couvrant la période 1869-1879 contenant cette information.

Nous n'avons pas entamé d'autre recherche pour déterminer l'ensemble des démarches nécessaires au lancement et l'exploitation d'un navire. Cette courte présentation en est certainement qu'un des volets.

Cotes des documents
(1) AD 33, cote 4 U 1/78 Justice de Paix.
(2) AD 33, cotes 4 S 263 à 4 S 266 Matricule des batiments du commerce.
(3) AD 33, cotes 8 M 239, 4 S 282, 4 S 292, 4 S 295, 4 S 296, 4 S 297 Registre des navires au départ du Port de Bordeaux et Registre des armements des navires.
(4) AD 33, cotes 4M666 à 4M672, Registres des visas accordés à des passeports français.

 


(11/2013)